news - Corporate
Saut au contenu

BNP Paribas Cardif porte ses investissements à impact positif à 11,5 milliards d’euros d’ici fin 2024

06 juillet 2020

 

 

·       BNP Paribas Cardif investira 5 milliards d’euros supplémentaires dans des activités à impact positif en matière environnementale et sociale, portant son engagement total à 11,5 milliards d’euros à fin 2024

·       L’assureur accélère le déploiement de sa politique d’investissement responsable sur l’ensemble des actifs gérés

 

Dès la fin de l’année 2019, en France, sur 6,5 milliards d’euros d’investissement à impact positif, BNP Paribas Cardif comptait 3,7 milliards d’euros d’investissements verts, dépassant l’objectif de 3,5 milliards qu’il s’était fixé à horizon 2020. Aujourd’hui, en tant qu’investisseur de long terme, BNP Paribas Cardif renforce sa politique d’investissements responsables et ses engagements en faveur de la transition énergétique.

BNP Paribas Cardif, qui gère notamment l’épargne collectée auprès des clients des réseaux bancaires de  BNP Paribas et des conseillers patrimoniaux indépendants, souhaite déployer largement son approche alliant gestion performante et impact positif sur la société et l’environnement.

 

Investissements à impact positif : 5 milliards d’euros supplémentaires à fin 2024

BNP Paribas Cardif prend l’engagement d’augmenter ses investissements à impact positif d’un milliard d’euros par an d’ici fin 2024, au travers :

 

·       Des obligations vertes finançant des projets poursuivant des objectifs environnementaux : atténuation du changement climatique, adaptation au changement climatique, préservation des ressources naturelles, préservation de la biodiversité et enfin prévention et maîtrise de la pollution ;

·       Des obligations à vocation sociétale, ou SDG Bonds[i], finançant des projets contribuant aux Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies ;

·       Des fonds à thématiques environnementales : transition énergétique, efficacité énergétique, alimentation et agriculture durable, gestion des déchets… ;

·       Des fonds à thématiques sociales : bien-être au travail, création d’emplois, inclusion… ;

·       Des fonds à thématiques sociétales : éducation, solutions de mobilité durable, satisfaction client, économie sociale et solidaire… ;

·       Des actifs immobiliers dont la performance environnementale est certifiée ou labélisée, et/ou qui disposent d’une dimension sociale ou sociétale.

 

En France, au sein du fonds général de BNP Paribas Cardif, l’encours de ces investissements représente 6,5 milliards d’euros à fin 2019, soit +31 % par rapport à l’année précédente[ii].

Avec le nouvel objectif qu’il s’est fixé, l’assureur atteindra 11,5 milliards d’euros d’investissements à impact positif d’ici fin 2024, soit une augmentation de près de 77 % en cinq ans.

 

Une politique d’investissement responsable 

En France, BNP Paribas Cardif gère l’épargne de ses assurés par l’intermédiaire d’un fonds général dont l’encours s’élevait à fin 2019 à 123 milliards d’euros. Tous les actifs y étant détenus en direct font l’objet d’un filtre environnemental, social et de gouvernance (ESG).

Par ailleurs, BNP Paribas Cardif propose à ses assurés des unités de compte représentant environ 40 milliards d’euros en France. A fin 2019, BNP Paribas Cardif détenait 6,7 milliards d’euros investis en unités de compte considérées comme des « Investissements Socialement Responsables », dont 4,3 milliards d’euros de supports labellisés[iii].

 

Charbon : un calendrier de sortie définitive 

Depuis 2018, BNP Paribas Cardif ne finance plus aucune entreprise productrice d’électricité dont plus de 30 % de sa production est issue du charbon, ni les entreprises minières dont plus de 10 % du chiffre d’affaires provient du charbon thermique.

Aligné sur l’accélération du calendrier de sortie annoncé par le groupe BNP Paribas, BNP Paribas Cardif achèvera sa sortie complète de toute entreprise d’extraction/exploration ou de production d’électricité ayant un lien avec le charbon thermique, au plus tard en 2030 sur la zone OCDE et en 2040 pour le reste du monde.

 PRECISIONS  

 

·       Investissement responsable est un terme général qui englobe les investissements intégrant des critères ESG (Environnement, Social, Gouvernance), l’investissement socialement responsable (ISR) et l’investissement à impact.

·       Linvestissement socialement responsable (ISR) applique des biais ESG plus marqués comme par exemple des approches thématiques ou des exclusions. Certains fonds ISR sont labellisés.

·       Linvestissement à impact répond à une définition plus restrictive, puisqu’il faut être en mesure de démontrer que le projet soutenu est déterminé par la volonté d’avoir un impact social et/ou environnemental et de le mesurer.

***

 

Retrouvez la stratégie RSE de BNP Paribas Cardif et les éléments relatifs au reporting de l'article 173 (Loi sur la Transition Energétique et Croissance Verte) sur bnpparibascardif.com

 

>> Télécharger le communiqué de presse

 

[i] Obligation liée à des indicateurs contribuant aux Objectifs de Développement Durable (ODD).

[ii] BNP Paribas Cardif a modifié le périmètre des investissements à impact positif de 2019 par rapport à celui de 2018. Il ne prend plus en compte les fonds qui intègrent uniquement des critères ESG sans impact positif clairement identifié. 

[iii] Des organismes indépendants, gérés dans plusieurs pays européens, attribuent ces labels et révisent régulièrement leur attribution.


Covid-19 : BNP Paribas Cardif mobilise 320 millions d’euros pour accompagner les assurés et faciliter la sortie de crise

06 mai 2020

 

L’une des expertises de BNP Paribas Cardif est l’assurance des emprunteurs, distribuée par des partenaires dans 33 pays. Beaucoup d’assurés dans le monde sont mis en difficulté dans le remboursement de leur crédit par l’actuelle crise sanitaire et sociale. BNP Paribas Cardif a décidé, au-delà de son rôle contractuel qu’il remplira pleinement, de mettre en place un programme de soutien aux assurés et de solidarité pour faciliter la sortie de crise.

 

  • 200 millions d’euros mobilisés pour accompagner au quotidien les clients partout dans le monde, dont 40 millions dans le cadre de mesures extra-contractuelles

  • 100 millions d’euros dans le programme d’investissement pour aider les ETI, PME et le secteur de la santé en France

  • 20 millions d’euros dédiés à des initiatives solidaires dont 16 millions dans le fonds de solidarité mis en place par les pouvoirs publics en France

 

Face à cette crise sanitaire et économique inédite, l’assureur BNP Paribas Cardif estime qu’il consacrera 320 millions d’euros pour accompagner, partout dans le monde, ses partenaires distributeurs et leurs clients.

Au-delà de son accompagnement quotidien, l’assureur allège les formalités à remplir par ses assurés et prend des mesures exceptionnelles (France, Italie, Belgique et Royaume-Uni) pour les soutenir dans cette période difficile. Dans un grand nombre de situations, BNP Paribas Cardif a décidé d’aller au-delà de ses obligations contractuelles. Il joue ainsi pleinement son rôle d’assureur mais aussi d’amortisseur des impacts de la crise sanitaire. Au total, ce sont 200 millions d’euros qui sont mobilisés pour les clients.

Parallèlement, BNP Paribas Cardif joue pleinement son rôle d’investisseur en dotant le programme pour aider les ETI, PME et le secteur de la santé de 100 millions d’euros.

Dans le même temps, BNP Paribas Cardif renforce son engagement solidaire à hauteur de 20 millions d’euros à travers plusieurs initiatives dont 16 millions dans le fonds de solidarité.

 

Un accompagnement au quotidien

Spécialiste de l’assurance des personnes et leader mondial en assurance emprunteur, BNP Paribas Cardif est présent aux côtés des particuliers pour les aider à surmonter les moments difficiles liés à la crise sanitaire. L’assureur les soutient dans les nombreuses situations susceptibles d’entraîner une baisse de revenus et une situation financière compliquée pour les ménages (perte d’emploi, incapacité de travailler, hospitalisation…). Ainsi, BNP Paribas Cardif prend en charge les mensualités de crédit en cas de licenciement économique survenu suite à la crise sanitaire et règle les indemnités journalières en cas d’hospitalisation liée au Covid-19.

 

Une gestion simplifiée et bienveillante

Soucieux de faciliter les démarches de ses assurés et de rendre l’assurance toujours plus accessible, BNP Paribas Cardif a, dans la plupart des cas, réduit le nombre de documents demandés pendant le confinement en cas de sinistres pour accélérer le règlement. BNP Paribas Cardif simplifie également le processus médical pour permettre aux futurs assurés d’accomplir leur projet malgré le confinement. A titre d’exemple, en France, pour les adhésions en assurance emprunteur et les indemnisations de sinistres, il est demandé aux clients de ne pas se rendre chez le médecin pour remplir les formalités ou les questionnaires médicaux. L’assuré doit simplement remplir le plus précisément possible les questionnaires en ligne et fournir les documents médicaux en sa possession. Par ailleurs, afin d'améliorer l'accès aux soins pour ses assurés dans le contexte de la crise sanitaire du Covid-19 mais aussi pour l’avenir, BNP Paribas Cardif propose un nouveau service de téléconsultation, sans frais supplémentaire, pour ses assurés détenteurs d’un contrat de complémentaire santé BNP Paribas. Ce service permet d’avoir accès à des médecins généralistes et spécialistes sans rendez-vous, par téléphone ou vidéo, 24h/24 et 7j/7.

 

Des mesures exceptionnelles pour accompagner clients et partenaires 

En complément, des dispositions exceptionnelles sont prises dans le monde entier. Parmi elles, la suppression de l’exclusion pandémie pour les particuliers. Ainsi, l’assureur s’engage à prendre en charge des sinistres qui ne sont habituellement pas couverts dans le contexte d’une pandémie. D’autres mesures seront déployées dans le monde telles que l’assouplissement des conditions de paiement liées à l’hospitalisation suite au Covid-19 (Italie, Japon) ou l’accroissement de la durée du maintien de la couverture pour les assurés en cas d’impayés (France Belgique, Italie, Royaume-Uni). En allant au-delà de ses obligations contractuelles dans un grand nombre de situations, BNP Paribas Cardif joue son rôle d’assureur mais aussi d’amortisseur en limitant l’impact de la crise sanitaire pour ses assurés.

 

Des initiatives solidaires 

BNP Paribas Cardif mène également plusieurs actions solidaires pour soutenir les entreprises ainsi que les personnes particulièrement exposées à la crise sanitaire :

 

  • Investisseur de long terme, BNP Paribas Cardif s’engage auprès des pouvoirs publics pour soutenir la reprise économique du pays affecté par cette crise. L’assureur consacrera 100 millions d’euros dans le cadre du programme d’investissement qui s’adresse notamment aux ETI, aux PME et au secteur de la santé.

  • BNP Paribas Cardif participe au fonds de solidarité mis en place par les pouvoirs publics pour venir en aide aux TPE et aux PME, à hauteur de 16 millions d’euros. Cet effort fait partie de l’enveloppe de plus de 50 millions déployée par le Groupe BNP Paribas afin de contribuer à des fonds de solidarité et soutenir les hôpitaux et les populations fragiles.

 

  • L’assureur encourage également ses collaborateurs qui le souhaitent à se mobiliser à travers le fonds « Urgence & Développement » du Groupe BNP Paribas. Il permet de soutenir un programme mondial d’ONG humanitaires : aide au personnel soignant, sécurité alimentaire des zones les plus fragilisées par la crise sanitaire, sensibilisation à l’hygiène. Chaque versement de collaborateur sera abondé d’un montant équivalent par BNP Paribas.

 

  • Les collaborateurs qui le souhaitent peuvent également participer à des actions de volontariat. En effet, ils peuvent se rendre disponibles, sur leur temps de travail, pour réaliser des missions d’aide à distance au bénéfice d’associations mobilisées face à la crise, via le programme 1MillionHours2Help. 

 

  • BNP Paribas Cardif et l’Université de Paris Nanterre sont associés pour venir en aide aux étudiants de l’Université qui font face à des difficultés depuis le début du confinement : l’assureur a fait un don de 50 ordinateurs portables et doté un fonds de 50 000 euros en faveur des étudiants dont le stage rémunéré aurait été suspendu.

 

« Face à cette situation inédite, BNP Paribas Cardif facilite les démarches de ses clients, l’accès à l’assurance et les accompagne grâce à une série de mesures exceptionnelles. Nous nous engageons également auprès de tous ceux qui sont particulièrement touchés par cette crise sanitaire en participant à des initiatives solidaires qui sauront soutenir les entreprises et les populations les plus exposées. Ainsi, les équipes de      BNP Paribas Cardif sont et resteront pleinement mobilisées pour accompagner les clients, les partenaires, et pour contribuer à soutenir la reprise économique », déclare Renaud Dumora, Directeur Général de BNP Paribas Cardif.

 

BNP Paribas Cardif soutient également ses équipes. Différentes mesures d’accompagnement ont été mises en place comprenant notamment du soutien psychologique, des formations à distance, des fiches pratiques pour aider les collaborateurs à concilier bien-être et travail à distance, une assistance pour les managers amenés à gérer leurs équipes dans cette situation très particulière.

 

Télécharger le communiqué de presse


Qu’est-ce que la loi Eckert ?

21 avril 2020

Qu’est-ce que la loi Eckert ?

La loi Eckert est venue compléter le dispositif législatif existant et concerne les comptes bancaires inactifs et les contrats d’assurance-vie en déshérence (contrats qui ne font pas l’objet d’une demande de versement de prestation ou du capital). Elle a pour objectif de protéger les intérêts des clients en facilitant la recherche de bénéficiaires de contrats d'assurance-vie et en accélérant le règlement des capitaux. Initiée en novembre 2013 par Christian Eckert, secrétaire d’Etat au Budget, elle est entrée en vigueur au 1er janvier 2016.

Quelles sont les principales mesures de cette loi ?


· La revalorisation post-mortem du capital garanti

La loi prévoit une revalorisation du capital garanti, à un taux minimum fixé par décret. Cette revalorisation intervient désormais à compter de la date du décès de l’assuré et jusqu’à la date de réception des pièces nécessaires au règlement ou le cas échéant jusqu’au dépôt du capital à la Caisse des dépôts et Consignations.

· Délai et modalités relatives aux pièces nécessaires au paiement de la prestation

Depuis le 1er janvier 2016, la loi introduit de nouvelles dispositions pour favoriser le règlement rapide des contrats. L’assureur doit demander au bénéficiaire de fournir les pièces nécessaires au règlement dans un délai de 15 jours à compter de la réception de l’avis de décès et de la prise de connaissance des coordonnées du bénéficiaire.

A réception de l’ensemble de ces pièces justificatives, l’assureur dispose d’un délai d’un mois pour effectuer le paiement de la prestation. Dans le cas où l’assureur ne respecte pas ce délai de paiement, la loi prévoit des pénalités de retard.


· L'obligation de consultation annuelle du RNIPP étendue

Depuis 2007, les compagnies d'assurance doivent consulter annuellement les données figurant sur le Registre National d’Identification des Personnes Physiques (RNIPP) afin de s’informer du décès éventuel de leurs assurés. En cas de décès du titulaire du contrat, les assureurs doivent rechercher activement les bénéficiaires du contrat afin de leur verser les capitaux qui leur reviennent.

Désormais, chaque année, ces établissements doivent rendre public un certain nombre d’informations concernant les recherches effectuées au cours de l’année (l’encours des contrats concernés, les sommes versées suite à ces démarches, etc.).

D’autre part, les notaires peuvent, lors d’une succession et dans certaines conditions, demander à l’administration fiscale communication des informations figurant sur le fichier Ficovie, qui recense les contrats d’assurance vie et contrats de capitalisation souscrits. Le patrimoine de leur client décédé peut ainsi être mieux identifié. Ce fichier est mis en place depuis 2016.


· Transfert à la Caisse des Dépôts et Consignations des capitaux en déshérence

A l’issue d’un délai de 10 ans à compter de la date de connaissance du décès du titulaire du contrat ou du terme du contrat, les sommes dues au titre des contrats d’assurance-vie et de capitalisation, doivent être transférées à la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC). La Caisse des Dépôts et Consignations est chargée, quant à elle, d’organiser la publication de l’identité des souscripteurs des contrats dont les sommes lui ont été transférées, afin de faciliter la recherche des contrats non réglés et de protéger le droit des épargnants et bénéficiaires.

Dans le cas où ces montants demeurent non réclamés par leurs titulaires ou par leurs ayants droit (bénéficiaires), à l’issue d’un délai de 20 ans à compter de la date de leur dépôt à la CDC, elles sont définitivement acquises à l’État.


· Publication annuelle du bilan prévu par la Loi Eckert

L'arrêté du 24 juin 2016 publié au journal officiel de la République française le 9 juillet 2016 s'inscrit dans la mise en œuvre de la loi « Eckert ». Désormais aux termes de ce texte, les assureurs et les mutuelles ont notamment l'obligation de publier « annuellement sur [leur] site internet (...) ou sur tout support durable dans un délai de 90 jours ouvrables à compter du 1er janvier de chaque année », leur bilan de la mise en œuvre de la loi Eckert.

Pour accéder à notre bilan prévu par la loi Eckert cliquez ici.

 

Informations réglementaires

Retrouvez ici conformément aux exigences de la loi PACTE, les taux moyens nets servis du fonds en euros sur les différents contrats commercialisés par Cardif Assurance Vie

 

Bon à savoir :

Au moment de la souscription de vos contrats, il est important d’être rigoureux et précis sur les informations que vous communiquez vous concernant : nom, prénoms, date et lieu de naissance, adresse etc.

Il en est de même pour la rédaction de la clause bénéficiaire. Veillez à être le plus clair et le plus précis possible dans la désignation de vos bénéficiaires afin que l'assureur puisse les retrouver facilement.

Pour en savoir plus, cliquez ici.


Nos engagements pour améliorer l’accès des femmes à la santé

09 mars 2020

 

Entreprise centrée sur l’humain, BNP Paribas Cardif s’engage pour réduire les inégalités hommes-femmes notamment dans le domaine de la santé, en s’inscrivant dans l’action du Women’s Forum

Si les femmes représentent la majorité des aidants et s’occupent, encore très largement, de la santé de leurs enfants, les inégalités de genre en matière de soins demeurent fortes. Quelques exemples ? En Inde, la majorité des femmes doit toujours demander l’autorisation de leur mari pour se rendre dans un centre de santé. Pour 100 hommes de 25 à 34 ans vivant dans la pauvreté, on dénombre 122 femmes, ce qui signifie que les femmes sont plus susceptibles de devoir lutter pour payer les soins de santé. Mais les inégalités ne se cantonnent pas aux pays en développement. De manière générale, les traitements les plus efficaces pour les femmes sont souvent inconnus car il existe moins de données sur leur santé que sur celle des hommes. Dans une étude menée au sein de pays développés1, 62% des femmes disent manquer de temps pour faire ce qu’elles savent qu’elles devraient faire pour rester en bonne santé. Autre chiffre alarmant : seulement 4% des fonds de la recherche & Développement sont consacrés à la santé des femmes ! Côté entreprenariat, aux Etats-Unis, 90% des entreprises de la Health Tech sont ainsi fondées par des hommes2.

« Les inégalités d’accès à la santé prennent des formes variées et se déclinent à plusieurs niveaux pour les femmes, précise Rosetta Laverda Desgrippes, expert santé au sein de la Direction Transformation et Développement (DTD) de BNP Paribas Cardif. Il existe des biais, notamment dans le manque structurel de recherche et de données sur les traitements appropriés. Il y a également des barrières culturelles, financières, géographiques ou encore d’éducation. Les nouvelles technologies peuvent nous aider à corriger ces biais et à lever les barrières, en permettant par exemple une expertise en temps réel et en gommant les distances ou les problèmes de temps. » BNP Paribas a ainsi décidé de participer aux « Women & Access to Health Daring Circle », un groupe de travail interprofessionnel lancé en novembre 2018 au sein du Women’s Forum3. Le but ? Contribuer à l’amélioration de l’accès des femmes à la santé, chercher à combler les écarts entre les sexes, améliorer la place des femmes dans les technologies de la santé et interpeller les dirigeants. Sa force : fédérer autour de cette cause des acteurs majeurs. Co-piloté par Sanofi et AXA, en collaboration avec BNP Paribas et Google, et en association avec l’entreprise britannique Reckitt Benckiser (fabricant et distributeur de produits d'entretien et pharmaceutiques) et Gavi (Global Alliance for Vaccines and Immunization)4, ce cercle de partenaires repose sur un vrai esprit de coopération.

Ce groupe de travail a lancé, il y a un an, un appel à initiatives pour soutenir les solutions innovantes ayant un impact tangible sur la santé des femmes tout en promouvant leur rôle. Résultat des courses ? 150 startups dans 33 pays ont concouru. En tant que membre du jury, BNP Paribas Cardif représentée par Laurence Hontarrede (Responsable RSE et Prospective) et Rosetta Laverda Desgrippes, a contribué à sélectionner les candidats, puis à primer les lauréats. Les finalistes bénéficient d’un mentoring, de financement (à hauteur de 150 000 euros), d’une visibilité accrue de la part des partenaires engagés, ainsi que la possibilité d’accéder à une suite de services Google.

Le cercle a également publié un livre blanc intitulé « Adressing health barriers through technology » qui identifie les six principaux obstacles rencontrés par les femmes pouvant être surmontés grâce à la technologie : obstacles aux soins de santé mentale, accès limité à l'information, manque de données sur la santé des femmes, obstacles physiques aux soins, manque de dossiers de santé fiables et manque de moyens financiers ou manque de temps. « Ce document contient aussi les conseils de leaders de ce secteur sur la façon dont les femmes peuvent développer des entreprises de santé performantes », expliquent Rosetta Laverda Desgrippes et Laurence Hontarrede qui ont participé au groupe de travail. Un engagement pérenne dans le monde entier.

Au-delà de cette initiative, BNP Paribas Cardif, qui est présent dans 35 pays et emploie près de 10 000 collaborateurs, s’engage de manière durable pour les femmes. Pour ses clientes, avec, par exemple, le nouveau Cardif Libertés Emprunteur (contrat d’assurance des emprunteurs) qui étend ses couvertures au diabète gestationnel et aux troubles psychiques liés à un événement comme les violences conjugales. Mais aussi pour ses salariées : « A Taïwan, le congé maternité de nos collaboratrices est passé de 8 à 14 semaines depuis janvier 2019, cite en exemple Rosetta Laverda Desgrippes. En Turquie, nous avons développé un produit d’assurance spécifique pour les femmes atteintes d’un cancer et la démarche ne s’arrête pas là. En effet, BNP Paribas Cardif en Turquie coopère avec ACEV, une ONG pour un programme d’éducation en zone rurale, nous coopérons avec l’université Mimar Sinan pour produire un documentaire sur l’empowerment féminin… Toutes ces actions s’inscrivent dans une démarche globale parfaitement cohérente. Nous sommes convaincus qu’activer tous les leviers à notre disposition contribuera efficacement à promouvoir la place des femmes »
Toutes ces actions reflètent aussi notre détermination à conjuguer performance et impact positif pour la société, tout en rendant l’assurance plus accessible.

 

> Lire le Livre Blanc "Daring Circle - Women & Access to Health

1 Référence citée dans le livre blanc : 8. Luce, C.B., Hewlett, S.A., Kennedy, J.T., & Sherbin, L.(2015). The Power of the Purse: Engaging Women Decision Makers for Healthy Outcomes. Center for Talent Innovation. https://www.talentinnovation.org/_private/assets/PopHealthcare_ExecSumm-CTI.pdf

 2 Source : Livre blanc « Adressing health barriers through technology », Women’s Forum, 2019.

3 Considéré comme l’un des 5 forums les plus influents au monde par le Financial Times, le Women’s Forum, organisation internationale fondée en 2005, a pour objectif de faire entendre la parole des femmes et leur valeur ajoutée sur les enjeux mondiaux afin de créer un impact positif sur les communautés et les sociétés

4 GAVI est un partenariat des secteurs public et privé pour accélérer les progrès des pays pauvres dans les possibilités d'accès des enfants à la vaccination (OMS, UNICEF, Banque mondiale, laboratoires fabricants de vaccins, donateurs privés comme Melinda et Bill Gates)

 

 


BNP Paribas Cardif enregistre un résultat 2019 record, multiplié par 3 en dix ans

06 mars 2020

 

Contribution aux résultats 2019 du Groupe BNP Paribas

 

BNP Paribas Cardif enregistre un résultat 2019 record, multiplié par 3 en dix ans

 

·         Leader mondial des partenariats en bancassurance[i] et en assurance emprunteur[ii]

·         Un résultat net avant impôt record[iii] pour l’année 2019 : 1,7 milliard d’euros, en hausse de 16% par rapport à 2018

·         Poursuite du déploiement du plan stratégique à horizon 2020 axé sur la transformation digitale

·         500 partenaires distributeurs avec lesquels une centaine de contrats ont été signés ou renouvelés en 2019

·         Franchissement du seuil du demi-million de contrats commercialisés par Orange

 

 

Un résultat net en forte hausse

·         BNP Paribas Cardif poursuit sa croissance avec un Résultat Net Avant Impôt (RNAI) record hors éléments exceptionnels. Il s’élève à 1,7 milliard d’euros (+16% par rapport à 2018).  A périmètre et change constants, le RNAI augmente de +19,2%. BNP Paribas Cardif a multiplié par 3 son RNAI en l’espace d’une décennie[iv].

·         Le chiffre d’affaires de l’activité assurance du Groupe BNP Paribas s’élève à 29,8 milliards d’euros à fin 2019, soit une baisse de 6%[v] par rapport à 2018, année record en épargne en France. L’activité épargne atteint un chiffre d’affaires de 22,5 milliards d’euros (-9%5 par rapport à 2018), tandis que l’activité protection s’élève à 7,3 milliards d’euros (+3%5 par rapport à l’année précédente). Le développement à l’international est soutenu par l’activité menée en Amérique latine et en Asie hors Inde.

·         A fin 2019, les actifs gérés de BNP Paribas Cardif atteignent 260 milliards d’euros, en hausse de 9% par rapport à 2018.

En France, 98% des actifs détenus en direct par le fonds général ont fait l’objet d’un filtre environnemental, social et de gouvernance (ESG), un taux parmi les plus élevés du marché. Parce que la transition énergétique fait partie des priorités de sa stratégie RSE, à fin 2019, BNP Paribas Cardif compte déjà 3,7 milliards deuros dinvestissements verts. De plus, l’assureur détient 6,7 milliards d’euros investis en unités de compte considérées comme des « Investissements Socialement Responsables », en hausse de 73% par rapport à 2018. BNP Paribas Cardif s’engage également à financer l’économie réelle en soutenant les entreprises dans des domaines et structures variés : des grandes entreprises aux start-up en passant par les entreprises de l’économie sociale et solidaire. Autant d’investissements responsables qui ont un effet d’entraînement sur la croissance économique, la promotion de l’innovation, le développement des nouvelles technologies et la création d’emplois.

 

Les marchés domestiques de BNP Paribas Cardif (France, Italie et Luxembourg) affichent un chiffre d’affaires de 19,7 milliards d’euros en 2019 (-10%5 par rapport à 2018), après une année exceptionnelle observée en 2018.

Sur les marchés internationaux (Asie, Amérique latine et Europe hors marchés domestiques), l’assureur enregistre un chiffre d’affaires global de 10,1 milliards d’euros, en hausse de 1,5%5 par rapport à 2018 :

·         L’Asie comptabilise un chiffre d’affaires de 4,9 milliards d’euros en 2019, montant stable par rapport à l’exercice précédent. En protection, l’Asie réalise un chiffre d’affaires de 0,9 milliard d’euros, en hausse de 3%5 hors Inde par rapport à fin 2018 grâce à son activité au Japon. En épargne, l’Asie affiche une collecte de 4 milliards d’euros, soit une augmentation de +17%5 hors effet périmètre dû à la déconsolidation de l’Inde[vi] : ainsi, Taïwan atteint 3 milliards d’euros de collecte en hausse de +13%5 par rapport à fin 2018.

·         L’Amérique latine continue sa croissance en protection avec un chiffre d’affaires qui atteint 1,7 milliard d’euros (+5%5 par rapport à 2018). Cette hausse s’observe notamment au Brésil (+10%5 par rapport à 2018), en Colombie (+20%5 vs 2018) grâce au développement de l’assurance emprunteur, ainsi qu’au Mexique (+27%5 vs 2018) et au Pérou (+44%5 vs 2018).

·         Les pays d’Europe (hors marchés domestiques) et les marchés émergents enregistrent une hausse de 5%5 par rapport à 2018 avec un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros.

 

Près d’une centaine de partenariats signés ou renouvelés en 2019 

Expert reconnu et leader des partenariats en bancassurance1, BNP Paribas Cardif assure la distribution de ses produits grâce à 500 partenaires opérant dans des secteurs variés et dans le monde entier. Présent dans 34 pays, l’assureur réalise plus de la moitié de son chiffre d’affaires (58%) à l’international.

En 2019, BNP Paribas Cardif a réalisé près de la moitié de son chiffre d’affaires (48%, soit 14,3 milliards d’euros) en collaborant avec des partenaires hors du Groupe BNP Paribas. Le chiffre d’affaires Protection (7,3 milliards d’euros) est réalisé à hauteur de 70% (soit 5,1 milliards d’euros) avec ces partenaires externes.  Parmi eux se trouvent des banques, des institutions financières, mais également de grands noms de l’automobile, de la grande distribution, des télécommunications ou encore des conseillers en gestion de patrimoine et des courtiers.

Fort de son expérience, l’assureur a signé ou renouvelé près d’une centaine de partenariats sur l’année. Il a ainsi saisi de nouvelles opportunités de développement dans les trois grandes zones géographiques où il a assis son savoir-faire : l’Asie, l’Amérique latine et l’Europe. Ces nouveaux partenariats, porteurs de croissance, incluent plusieurs accords de long terme :

·         France : l’année a été marquée par le succès de l’offre commercialisée par Orange. Dès juillet 2018, BNP Paribas Cardif et Orange signaient un partenariat majeur en France pour assurer les appareils mobiles contre les risques de casse et de vol. En l’espace d’un an et demi seulement, plus de 600 000 clients d’Orange ont déjà souscrit à l’offre Assurances 24h Orange pour protéger leur smartphone ou leur tablette. Ce partenariat majeur s’inscrit dans le plan stratégique de BNP Paribas Cardif France qui diversifie son activité. Après plusieurs partenariats dans la grande distribution ou dans les ventes d’appareils électroniques, cette collaboration, avec l’un des plus grands opérateurs téléphoniques au monde, donne une nouvelle dimension à l’activité affinitaire grâce à une offre bâtie sur l’expertise et la digitalisation. L’année 2019 signe aussi la poursuite du développement de l’offre en assurance dommages dans le réseau des agences bancaires BNP Paribas. En effet, Cardif IARD, coentreprise détenue par BNP Paribas Cardif et Matmut, a enregistré en 2019 une croissance de ses primes brutes acquises de 10% par rapport à 2018.

·         Europe : BNP Paribas Cardif a apporté son savoir-faire en analytics à Sainsbury’s Bank, la filiale du leader de la grande distribution au Royaume-Uni. Grâce notamment à son expertise en tarification dynamique, l’assureur a remporté cet appel d’offre et a lancé une assurance digitale qui vise à protéger les animaux domestiques des clients de la banque.

·         Amérique latine : BNP Paribas Cardif a signé une alliance stratégique, d’une durée de 15 ans, avec Scotiabank, banque internationale du Canada et leader des services financiers en Amérique. L’assureur sera en mesure de protéger 9 millions de clients en Amérique latine. Ses solutions de prévoyance et d’assurance seront développées pour les clients de Scotiabank au Chili, en Colombie, au Mexique et au Pérou.

·         Asie : BNP Paribas Cardif a renouvelé des accords de long terme avec les banques taïwanaises Hua Nan Bank et Yuanta Bank et poursuit ainsi l’extension de son réseau de bancassurance en Asie. En Corée, BNP Paribas Cardif a également développé une offre en extension de garantie pour les véhicules de la marque KIA en collaboration avec Hyundai Fire & Marine, la compagnie d’assurance dommages du groupe Hyundai.

 

BNP Paribas Cardif, un leader de la gestion de patrimoine en France 

Leader en gestion de patrimoine en France, BNP Paribas Cardif est le 3è assureur vie en France[vii] et opère par l’intermédiaire d’un fonds général dont l’encours s’élève à 123 milliards d’euros à fin 2019. La compagnie gère notamment 10 milliards d’euros d’actifs par l’intermédiaire de son activité dédiée aux conseillers en gestion de patrimoine et 13 milliards d’euros via AEP, la marque commerciale de BNP Paribas Cardif qui conçoit et commercialise des produits d’épargne pour la clientèle haut de gamme des banques privées, des sociétés de gestion et des plateformes de courtage.

En France, BNP Paribas Cardif enregistre un chiffre d’affaires de 12,6 milliards d’euros. Son chiffre d’affaires épargne s’élève à 11 milliards d’euros (-15% par rapport à 2018), suite à une année 2018 exceptionnelle qui avait connu une augmentation de 15% par rapport à 2017. Dans un environnement marqué par les taux bas, voire négatifs, BNP Paribas Cardif a choisi d’accompagner ses clients sur le long terme en leur donnant accès à des produits adaptés à leurs profils et situations. Ainsi, au-delà du fonds en euros, l’assureur développe des solutions d’investissements alternatives et entreprend d’enrichir son offre pour que chaque épargnant bénéficie d’un produit et d’un support correspondant à ses besoins et à ses objectifs. L’assureur propose aux clients avertis qui veulent donner du sens à leur épargne plus de 70 unités de compte labellisées Investissement Socialement Responsable ainsi que des offres de Private Equity. En 2019, la collecte des contrats en unités de compte a représenté 34% de la collecte brute (30% en 2018).

Fin 2019, BNP Paribas Cardif a également innové en signant un partenariat avec Birdee, filiale de Gambit Financial Solutions, qui a lancé sa première offre d’assurance-vie en France, destinée aux particuliers qui souhaitent diversifier leur épargne en ligne. « Birdee Vie » est une offre d’assurance-vie en ligne qui s’appuie sur le robo advisor de Gambit Financial Solutions. La digitalisation de cette nouvelle offre d’épargne permet d’offrir un conseil d’allocation de qualité dès 1 000 euros de versement initial.  

Par ailleurs, BNP Paribas Cardif a su saisir les nouvelles opportunités que dessine la loi PACTE : fort de ses réseaux de distribution en France (Banque de Détail en France de BNP Paribas, BNP Paribas Banque Privée France, partenaires CGP et Courtiers…), l’assureur a fait évoluer son offre pour répondre aux besoins de ses clients et s’est mobilisé, avec ses partenaires distributeurs, pour proposer des PER (Plan d’Epargne Retraite) accessibles dans ses différents canaux de distribution en France dès 30€[viii]. Son offre à destination des CGP propose plus de 900 supports financiers, l’une des offres les plus diversifiées du marché à fin 2019. BNP Paribas Cardif confirme ainsi sa position d’acteur majeur et historique de l’épargne retraite qui intervient sur le marché de la retraite individuelle, de la retraite collective et de l’épargne salariale[ix].

Le chiffre d’affaires protection[x] de BNP Paribas Cardif en France atteint 1,6 milliard d’euros, soit +3% par rapport à 2018. Cette progression est portée notamment par sa croissance en assurance emprunteur dont il est leader mondial2. La compagnie a notamment lancé une nouvelle offre : Cardif Libertés Emprunteur. Il y a 10 ans, BNP Paribas Cardif a été l’un des premiers assureurs en France à faciliter les conditions d’accès à l’assurance emprunteur des personnes atteintes de certaines pathologies telles que l’asthme, la paraplégie ou les maladies coronariennes. Cardif Libertés Emprunteurs propose désormais une couverture et une tarification adaptées à 4 pathologies supplémentaires[xi] afin de rendre l’assurance plus accessible. Pour faciliter les démarches des clients, BNP Paribas Cardif a introduit le Passeport Cardif Libertés Emprunteur, une première en France. Celui-ci permet d’anticiper les démarches d’assurance avant la recherche du bien immobilier ou l’obtention du crédit, avec une proposition d’assurance qui reste valable 12 mois. Par ailleurs, le parcours de souscription entièrement digitalisé vise à apporter une décision immédiate en ligne à 9 clients sur 10. Le succès commercial est au rendez-vous puisque sur l’année 2019, le nombre de contrats de Cardif Libertés Emprunteur souscrits a augmenté de 58%.

 >>Retrouver l'infographie des chiffres clés 2019 de BNP Paribas Cardif ici.

>> Télécharger le communiqué de presse sur la contribution 2019 de BNP Paribas Cardif aux résultats annuels de BNP Paribas. 


[i] Finaccord 2018

[ii] Source : Finaccord

[iii] Hors éléments exceptionnels

[iv] RNAI 2009 : 546 millions d’euros

[v] A taux de change constants

[vi] Effet périmètre due à la déconsolidation de SBI Life

[vii] L’Argus de l’assurance, juin 2019

[viii] BNP Paribas Multiplacements PER (commercialisé dans le réseau des agences bancaires BNP Paribas) et BNP Paribas Multiplacements Privilège PER (destiné à la clientèle de BNP Paribas Banque Privée France) sont accessibles dès 30 euros. Cardif Essentiel Retraite (distribué par les CGP et courtiers) est accessible à partir de 1 500 euros.

[ix] Par l’intermédiaire de sa coentreprise BNP Paribas Epargne & Retraite Entreprises

[x] L’activité protection regroupe l’assurance emprunteur, la prévoyance individuelle, l’assurance dommages ainsi que l’extension de garantie automobile

[xi] La maladie de Parkinson, l’obésité, le diabète gestationnel, les troubles du psychisme liés à un événement de vie (agressions, séparation ou divorce, violences conjugales, attentat…)


Assurances 24h Orange : plus de 600 000 clients ont déjà fait confiance à BNP Paribas Cardif et Orange pour assurer leur mobile

03 mars 2020

 

En juillet 2018, BNP Paribas Cardif et Orange signaient un partenariat majeur en France pour proposer une nouvelle offre d’assurance pour couvrir les appareils mobiles. En l’espace d’un an et demi, plus de 600 000 clients d’Orange ont souscrit à l’offre Assurances 24h Orange pour protéger leur smartphone, leur tablette  ou leurs objets connectés. L’objectif des deux partenaires est d’enrichir l’offre de téléphonie en proposant aux clients Orange une assurance leur garantissant la continuité d’utilisation de leur téléphone.

 

Une offre simple pour une couverture adaptée aux besoins des clients

Les mobiles occupent désormais une place importante dans le quotidien des consommateurs : les trois quarts de la population française possèdent un smartphone, les connexions à Internet via mobile dépassent celles effectuées depuis un ordinateur, et un quart des achats en ligne se font depuis un smartphone ou une tablette[i]. La valeur moyenne d’un smartphone s’élève à 326 euros et 90% d’entre eux sont achetés neufs1. Pour répondre aux besoins des clients d’une continuité de services en protégeant leurs mobiles et en se prémunissant contre les risques de la vie quotidienne, Orange et BNP Paribas Cardif ont lancé en août 2018 une offre simple et adaptée à leur mode de vie.

·         Simplicité en assurant les téléphones de la ligne mobile permettant, lors d’un changement de mobile, de continuer la couverture d’assurance automatiquement sans déclaration préalable.

·         Complète et modulable, en protégeant les particuliers et les professionnels contre les risques de casse (y compris par maladresse et la négligence) et de vol de leurs smartphones et tablettes utilisés sur leur ligne Orange.

·         Innovante, cette offre est la première sur le marché qui propose systématiquement un échange avant même le diagnostic visuel de l’appareil. Ainsi, en cas de sinistre accepté, un échange de l’appareil en 24h est garanti.

·         Economiquement Responsable avec une chaîne de traitement qui retraite 90% des appareils sinistrés.

 

Un parcours full digital pour une expérience client plus fluide

Orange et BNP Paribas Cardif placent l’expérience client au cœur de leurs offres. Ainsi, l’assurance développée pour Orange est multi canale : sa souscription peut se faire dans les boutiques Orange, sur Internet (orange.fr et sosh.fr), ou encore par téléphone au 3900. Le parcours proposé est particulièrement fluide : le client bénéficie de démarches rapides au moment de la souscription du contrat et lors de la déclaration et du suivi de son sinistre.    BNP Paribas Cardif et Orange, pour élaborer cette offre, ont réuni leurs compétences : innovation, expérience digitale, experts en data avec un fort enjeu de satisfaction client sur chacune des étapes de la relation client. L’utilisation de la data a permis de mieux cibler les besoins des clients en proposant 6 formules de prix en fonction de la valeur de leur mobile.

 

Un partenariat stratégique 

Ce partenariat majeur entre l’assureur et Orange s’inscrit dans le plan stratégique de BNP Paribas Cardif France qui vise à diversifier son activité et à continuer de se développer sur de nouveaux territoires. Après plusieurs partenariats dans la grande distribution ou dans les ventes d’appareils électroniques, cette collaboration donne une nouvelle dimension à l’activité affinitaire grâce à une offre où expertise et digitalisation sont clés.

« Nous sommes fiers d’accompagner Orange dans son développement sur le marché de l’assurance des appareils mobiles. Plus de 600 000 clients nous ont déjà fait confiance : ce démarrage dynamique et prometteur témoigne d’une offre de qualité, adaptée aux besoins des clients, avec un parcours multi-canal, simple et digital » déclare Fabrice Bagne, Responsable BNP Paribas Cardif France.

« Nous sommes heureux, 18 mois après le lancement de notre offre qui protège les smartphones et tablettes de nos clients contre les risques de la vie quotidienne, d’afficher ces résultats. Orange est allé chercher le savoir-faire de BNP Paribas Cardif, ainsi que son expertise en partenariat, pour répondre aux nouvelles attentes des clients. » ajoute Christian Bombrun, Directeur Produits et Services d’Orange.

 

Télécharger le communiqué de presse


[i] Enquête Que Choisir réalisée en février 2018 auprès de 4 242 personnes


Tangata, l’innovation en version inclusive !

11 février 2020

 

Chez BNP Paribas Cardif, l’innovation est (aussi) au service de l’inclusion. Il a donc été tout naturel pour nous de soutenir l’initiative Tangata, une initiative solidaire imaginée par Emmanuelle Fenard, Directrice de la maison entrepreneurs &Co chez BNP Paribas, anciennement Responsable marketing de BNP Paribas Cardif France.

« Rendre l’assurance accessible au plus grand nombre », c’est par cette promesse forte que notre entreprise s’engage à avoir un impact positif sur la société. A donc été mise en place une politique inclusive en direction des populations fragiles, notamment des 20 millions de personnes touchées en France par le handicap. Notre action ne se limite pas à développer l’emploi et l’insertion professionnelle de ces femmes et de ces hommes. Elle va bien au-delà, comme en témoignent notre label en faveur de entrepreneurs sociaux « Act For Impact », notre partenariat avec Handi Tech Trophy, qui récompense les inventeurs de technologies inclusives, ou encore le travail que nous réalisons avec l’association e-Nable pour accompagner les familles d’enfants atteints d’agénésie*.

 

Des loisirs pour tous

Pour aller vers davantage d’inclusion, nous misons également sur la capacité d’innovation de nos collaborateurs, en encourageant et en soutenant leurs initiatives par le biais d’un programme d’intrapreneuriat. C’est ainsi qu’est né le projet Tangata. L’ambition d’Emmanuelle Fenard, qui l’a imaginé, était d’accélérer le développement d’activités de loisirs accessibles à tout type de handicap. Sa solution ? Créer un site pour mettre en relation les personnes concernées, leurs aidants, et tous les acteurs qui répondent à leurs besoins : associations, entreprises, start up... Tangata agit comme un levier de visibilité pour ces organisations. La plateforme les aide à déployer leurs offres en augmentant leur notoriété et en leur donnant accès à un réseau de partenaires, tout en garantissant la qualité des prestations au travers du label « Act for Impact ». Quant aux personnes en situation de handicap, grâce au site - conçu pour elles et facile à utiliser -, elles sortent de leur isolement et organisent leurs loisirs facilement et rapidement. Un exemple ? En quelques clics, elles peuvent localiser une activité, vérifier son accessibilité et consulter les avis de la communauté Tangata !

* nés avec une ou plusieurs malformation(s) des membres.

 

« Je suis impliquée depuis longtemps, à titre personnel, dans des initiatives liées au secteur social et solidaire. Je suis fière d’aller plus loin aujourd’hui avec mon projet Tangata. »

Emmanuelle Fenard, Directrice de la maison entrepreneurs &Co chez BNP Paribas

 

 


Le management inclusif, nouvelle priorité des entreprises

30 janvier 2020

 

Et si la diversité était la clé de la performance de demain ? De plus en plus d’entreprises en sont convaincues et agissent pour favoriser un management inclusif de leurs collaborateurs. L’enjeu n’est pas seulement de respecter les différences individuelles, mais de mettre ces différences au cœur de leur transformation et d’en faire une richesse collective, source d’innovation et de progrès. Décryptage d’une tendance prometteuse.

 

 

Pour la première fois en 2018, dans le baromètre national de perception de l’égalité des chances du Medef, le taux de salariés exprimant des craintes d’être victimes de discrimination au travail est passé sous la barre des 50 %. « C’est le fruit de démarches engagées depuis plusieurs années par un nombre croissant d’entreprises, qui ont fait de l’inclusion une des priorités de leur gestion des ressources humaines. L’enjeu est de garantir à leurs collaborateurs une égalité de traitement fondée sur leurs compétences et leurs performances, quelles que soient les différences liées à l’origine, le sexe, l’âge, la situation familiale, les convictions politiques ou religieuses, l’orientation sexuelle, le lieu de résidence, l’état de santé, l’apparence physique, etc.», explique Laurent Depond, ex directeur diversité d’Orange, qui conseille de nombreuses organisations sur les problématiques de l’inclusion en entreprise.

 

Liberté, égalité, diversité

Le phénomène a été impulsé il y a plusieurs décennies par des multinationales américaines en réponse à la condamnation légale et réglementaire croissante de toutes les formes de discriminations. Il a ensuite essaimé en Europe en s’adaptant aux cultures locales. « Il y a notamment une vision française spécifique, très orientée sur la mise en place des conditions de l’égalité des chances quand le modèle anglo-saxon repose plutôt sur la liberté d’expression des singularités », illustre Laurent Depond. Mais il ne s’agit plus seulement, désormais, pour les entreprises de se plier aux contraintes du droit et d’éviter ainsi des risques juridiques, financiers et d’image. « Elles ont compris que la diversité était un facteur de performance et un levier de transformation. », résume Laurent Depond. Un facteur dont l’efficacité est mesurable : Sodexo, très active dans la promotion de la diversité, a ainsi réalisé une enquête interne auprès de ses équipes managériales dans plus de 80 pays. Elle montre que celles dont le taux de mixité hommes-femmes oscille entre 40 et 60 % ont de meilleurs résultats économiques que les autres.

 

L’inclusion, source de créativité

A l’ère du changement permanent, s’adapter et se développer exige en effet d’attirer des profils différents, aux expériences et cultures variées, et de les faire « bien travailler ensemble », pour que la richesse et la confrontation des points de vue stimule/améliore l’implication et la créativité des équipesA contrario, un environnement trop normé étouffe les talents porteurs de singularités… quand il ne les fait pas fuir. « Le salarié qui se sent en dehors du collectif de travail aura tendance à se mettre de lui-même en retrait, avec à la clé une perte d’information, de performance et de motivation, voire une envie, à terme, de quitter l’entreprise. Par exemple, ce n‘est pas un hasard si en France,  selon une étude de l’Autre Cercle et du Défenseur des Droits, les homosexuels changent deux fois plus d’employeurs que les hétérosexuels », illustre Laurent Depond. Nulle surprise donc de voir les entreprises s’engager pour devenir des lieux d’intégration.

 

Des entreprises plus ou moins engagées

En France, elles sont près de 3 900 à avoir matérialisé cet engagement en signant la charte de la diversité : lancée en 2004, cette charte guide les organisations dans la mise en place d’actions concrètes et les aide à progresser par des pratiques innovantes, les incitant par exemple à se doter d’un texte de référence présentant les grands axes de leur politique diversité et d’outils de mesure et de suivi. Il y a toutefois plusieurs degrés de maturité dans les démarches déployées. « Parfois, elles sont seulement cosmétiques, avec pas ou peu d’actions concrètes mises en place. Dans d’autres cas, les entreprises s’attaquent à quelques sources de discriminations, tel que le handicap, mais en occultent d’autres comme l’orientation sexuelle ou la religion. Certaines sont dans une posture compassionnelle. Les plus en avance font, elles, la promotion d’une diversité transformationnelle : l’inclusion est alors totalement intégrée à leur stratégie et portée par leurs managers, y compris au plus haut niveau », détaille Laurent Depond. Et BNP Paribas Cardif ? « Elle figure parmi les très bons élèves, et ce alors qu’elle évolue dans un secteur - la  bancassurance - traditionnellement peu enclin à valoriser les différences. »

 

Etre exemplaire, l’ambition de BNP Paribas Cardif

« Notre entreprise est doublement labellisée « Diversité et Egalité professionnelle » par l’AFNOR, confirme Catherine Jacquemin, Responsable Diversité et Inclusion chez BNP Paribas Cardif. Ces labels nous engagent à faire toujours plus en faveur de l’égalité des chances et de l’équité. Ils ne sont pas attribués à vie. Nous sommes challengés sur nos pratiques tous les 2 ans ! La politique Diversité, lancée il y a plus de 10 ans, est à la fois inscrite dans la durée et très active : « Nous bénéficions en outre de l’implication personnelle de notre Directeur Général, Renaud Dumora, qui croit profondément aux vertus de la diversité et veut faire de notre entreprise une référence dans le monde en la matière », ajoute Catherine Jacquemin. Pour donner corps à son ambition, BNP Paribas Cardif renforce la sensibilisation et la formation de ses managers, avec un triple objectif : leur faire prendre conscience de l’importance de la diversité et de l’inclusion, approfondir leurs connaissances et inviter chacun à adopter les bonnes postures managériales.

 

Des conférences « Managers de la diversité »

Depuis deux ans, un cycle de conférences « Managers de la diversité » réunit les managers de BNP Paribas Cardif autour d’experts internes et externes pour parler agissements sexistes, orientation sexuelle, handicap, religion, stéréotypes et bientôt collaboration intergénérationnelle. « Chaque conférence est organisée sur les heures de travail (et non sur l’heure du déjeuner ou après 18h…) et attire en moyenne 200 managers. Elle est « parrainée » par un membre du comité exécutif, et Renaud Dumora est systématiquement présent, du début à la fin » précise Catherine.

 

Des modules de formation dédiés à la diversité

Pour compléter les conférences, BNP Paribas Cardif a ajouté un module dédié à la diversité dans le parcours de formation de ses managers de proximité.  « Il permet d’évoquer avec eux, pendant toute une matinée et en rentrant dans le concret, les stéréotypes, les accords d’entreprise liés à la diversité et les comportements appropriés, et se conclut systématiquement par un déjeuner consacré au handicap », souligne Catherine Jacquemin.  Un deuxième module d’une heure vient d’être élaboré pour les cadres dirigeants et leur comité de direction. 

 

De nouvelles approches et outils

Conforter les acquis, ce n’est pas seulement ancrer les bonnes pratiques dans la culture d’entreprise et les adapter aux évolutions du droit en matière de lutte contre les discriminations au travail. C’est aussi lutter contre la nature de l’être humain, qui tend à homogénéiser son environnement et donc éviter la diversité par crainte de l’autre, de la différence, de l’inconnu. « Il faut essayer de limiter ces biais naturels dans les processus de décision, par exemple lors des recrutements en se fixant des critères de sélection objectifs, en prenant des décisions collégiales …. On peut également aider les managers en faisant appel aux nouvelles approches qui s’appuient sur les neurosciences et les sciences cognitives »,  conclut  Laurent Depond.

La loi relative à l’égalité et à la citoyenneté du 27 janvier 2017 oblige toutes les entreprises de plus de 300 salariés à former tous les 5 ans leurs managers au recrutement sans discriminer.

Les enquêtes mettent en lumière 90 à 100 % de managers satisfaits parmi les participants aux « conférences des managers de la diversité » de BNP Paribas Cardif.

79 % des collaborateurs de BNP Paribas Cardif estiment que le management de leur entreprise favorise la diversité (source : GPS 2019)

 

 

C’est dit !

« Si nous voulons être exemplaires sur notre marché, nous devons nous attaquer à toutes les formes de discriminations, sans exception, et donner à nos managers les connaissances et les postures qui leur permettent de se sentir mieux armés pour œuvrer en faveur de la diversité. » Sophie Joyat, DRH de BNP Paribas Cardif

 


Le futur de l’assurance réside-t-il dans la plateformisation ?

20 janvier 2020

 

Le futur de l’assurance réside-t-il dans la plateformisation ? Découvrez ce qu’en pense Wendy Wattebled, Responsable investissements start-up de BNP Paribas Cardif et Gil Cohen Directeur général EMEA chez Open Legacy.