News Cardif Lab - Corporate
Saut au contenu

Vol d’identité, paiements frauduleux, cyberharcèlement: comment protéger notre vie numérique ?

31 mars 2020

La révolution numérique façonne une conception élargie de la personne, à laquelle on peut désormais associer l’ensemble de ses activités virtuelles et les traces qu’elle laisse sur la toile. Une nouvelle donne qui s’accompagne de son lot de nouveaux risques. Alors pour reprendre le contrôle de nos existences numériques, pourquoi ne pas les assurer au même titre que notre santé ou notre logement ?

Entre « vraie vie » et existence numérique, la distinction aura-t-elle encore un sens demain ? Avec l’hyper-digitalisation de la société et la démultiplication du nombre de données, notre activité virtuelle — des réseaux sociaux aux achats en ligne, en passant par les démarches administratives sur le net — apparaît de plus en plus clairement comme une extension de notre identité physique « IRL » (in real life). La preuve, les données personnelles (soit toute information se rapportant à une personne physique susceptible d’être identifiée, directement ou indirectement), mises en ligne tout au long de notre vie, nous survivent, et parfois nous précèdent. Aujourd’hui, d’après une étude réalisée par l’institut de sondage Gece, 30% des bébés ont déjà leur empreinte en ligne avant même de naître, à travers une photo de l’échographie ou une simple annonce de la grossesse sur les réseaux sociaux. Parallèlement, le temps passé sur nos smartphones ne cesse d’augmenter : d’après une étude menée par Hootsuite, en 2019, la moyenne mondiale était de 3h14 par jour, contre 3h06 en 2018,.

Une vie en ligne, à laquelle on ne pense pas en publiant un simple post sur Instagram et qui échappe souvent à notre contrôle et nous rend vulnérable. En 2016, selon le rapport annuel Breach Level Index (BLI) de la société Gemalto, 1,4 milliard d’identités ont été volées : des noms ou pseudos, des adresses IP, parfois des mots de passe... avec des conséquences parfois importantes telles que l’usurpation d’identité, la fraude ou encore le cyber harcèlement. Une menace qui dépasse donc largement ce que l’on partage volontairement ou non sur les réseaux sociaux, et elle est d’autant plus inquiétante que les données sensibles sont vouées à être digitalisées. Dans les années à venir, il n’est pas impossible que nos papiers d’identité soient utilisés sous forme 100% numérique : en France, deux régions-pilotes testent déjà une version dématérialisée de la carte Vitale.

 

Amplification des cyber-risques

Le risque est désormais global et généralisé, et concerne aussi bien les particuliers que les entreprises. Pour Laurent Heslault, directeur des stratégies de sécurité de Symantec, « on doit devenir cyber-résilient. La question n’est pas de savoir si l’on va être attaqué, mais plutôt quand. » Les chiffres livrés par le dernier rapport annuel de Symantec en 2019 indiquent en effet une intensification évidente de la cybercriminalité : + 33% de logiciels de rançons sur mobile, + 25% de groupes de hackers utilisant un malware destructif, +78% d’attaques visant les chaînes logistiques… Les objets connectés sont particulièrement touchés : en 2018, plus de 70 millions de dossiers y ont été volés ou divulgués.

Les techniques de hacking, quant à elles, ne cessent de s’affiner, du cryptojacking (un logiciel malveillant utilisant les ressources d’un ordinateur ou d'un appareil mobile pour « miner » de la cryptomonnaie) aux « fausses applis » (à l’instar de « Setup for Amazon Alexa », qui dérobait les données des utilisateurs à leur insu), en passant par le piratage de la supply chain, qui consiste pour les cybercriminels à s’attaquer directement aux entreprises de production de logiciels, comme récemment l'outil de nettoyage CCleaner.

 

Demain, tous cyberassurés ?

Autant de risques qui nourrissent un sentiment d’inquiétude bien réel : d’après le dernier baromètre confiance des français dans le numérique de l’Acsel, datant de début 2020, seuls 40% des Français ont confiance dans le numérique. Pour les aider à reprendre le contrôle de leur existence numérique, certains assureurs concoctent d’ores et déjà des offres de cyberassurance adaptées à cette nouvelle donne. Après avoir émergé dans le secteur bancaire dès les années 1990 et s’être progressivement répandues dans le monde de l’entreprise — en France, 67 % d’entre elles déclarent avoir subi au moins une cyberattaque en 2019, leur coûtant en moyenne 110 000 euros, selon le rapport Hiscox sur la gestion des cyberrisques —, celles-ci commencent tout juste à attirer les particuliers désireux de se prémunir des aléas de l’existence numérique.

D’après une étude publiée en mars par Optimind, le marché français de l’assurance cyber pour les particuliers est en plein essor, avec une petite dizaine d’acteurs proposant des contrats incluant des garanties relatives à l’atteinte à l’e-réputation, l’usurpation d’identité et la bonne livraison des achats en ligne. Ainsi, BNP Paribas Cardif propose depuis plusieurs années aux particuliers une protection juridique pour le vol d’identité et la protection des moyens de paiement. Dans cette offre lancée dans différents pays d’Europe (ex : Allemagne et Autriche), l’assureur fournit également une assistance pour observer et comprendre l’attaque afin de mieux l’arrêter, ainsi que d’éventuelles compensations aux préjudices subis.

Compléter l’arsenal juridique

Dans le futur, ce type d’offres pourrait bien apporter une réponse complémentaire au cadre juridique protégeant les internautes de ce type d’attaques. En France, la loi — renforcée par l’entrée en vigueur du RGPD en 2018 qui insiste sur l’importance du consentement « libre, spécifique, éclairé et univoque » de l’internaute — assure aux particuliers un certain niveau de protection, puisqu’ils ont la possibilité de porter plainte à la CNIL en cas de violation de leurs données personnelles, et au commissariat en cas de cyberattaque. Ces dispositifs sont toutefois limités : « La CNIL est submergée de plaintes, et ses moyens sont assez limités. Si le RGPD et la CNIL ne gagnent pas en efficacité, peut-être que l’on arrivera à l’idée qu’il faut assurer individuellement les risques sur Internet », avance le juriste Lionel Maurel, membre de la Quadrature du Net, une ONG française qui défend les droits des internautes.

Par ailleurs, malgré cet arsenal juridique, le rapport de force entre les internautes et les grandes plateformes (GAFA) captant leurs données, reste largement asymétrique, et le traitement de leurs données, souvent opaque, note Lionel Maurel. Pour rééquilibrer la balance, le juriste défend la mise en place d’une « protection sociale » des données à caractère personnel. S’inspirant de certains mécanismes du droit du travail, et notamment de la forme syndicale, il imagine « une organisation collective qui ferait l’intermédiaire avec des acteurs plus puissants par le biais de négociations, et pas seulement des actions en justice. »

D’autres, au contraire, voudraient faire émerger un droit de propriété sur les données personnelles ouvrant la voie à leur monétisation. Pour le think tank libéral Génération Libre, « c’est par l’introduction d’un système de prix, subtil équilibre entre marché et régulation, que l’on peut protéger la confidentialité des internautes tout en promouvant la concurrence dans un véritable marché. » Lancée début 2020, une appli, controversée, baptisée TaData propose de la même façon de rémunérer les 15-25 ans en échange de leurs données personnelles. Elle permet à ses « data killers » de choisir les informations personnelles qu’ils souhaitent lui confier, et promet de ne travailler qu’avec des annonceurs vertueux. Un exemple qui fait écho à toutes les questions traitées ci-dessus et en appelle d’autres comme celles-ci : Pourquoi ne pas céder ses données pour faire avancer la recherche ou l’innovation 

 

La vie digitale est-elle vraiment sure ? Perte de données, usurpation d’identité, utilisations frauduleuses des données personnelles, arnaques, diffamation les possibilités d’atteinte à la vie privée des clients sont multiples.
Quel rôle pour l’assurance dans ce contexte ? Comment prévenir un risque aussi polymorphe, itératif, imprévisible et potentiellement de masse ? Chacun se trouve facilement démuni lorsque l’un de ces risques survient, et ne sait quoi faire ou qui appeler face à ce genre de situation.
Pour protéger les plus vulnérables (les enfants, les seniors) mais pas uniquement, l’offre de BNP Paribas Cardif propose des services d’assistance juridique et informatique et des services de prévention mais surtout rembourse le cas échéant les frais inhérents.
L’objectif est d’apporter un soutien quotidien dans l’ensemble des domaines de la vie digitale. Ainsi les clients et leur famille peuvent avoir l’esprit tranquille que ce soit quand ils naviguent, partagent, publient ou achètent en ligne.

Réseaux sociaux, objets connectés, achats en ligne, adresse email, consultation de sites internet, nous laissons tous des traces sur Internet. Comment mieux protéger notre identité numérique ? Une réponse en vidéo de Sonia Coudoux, Global product manager BNP Paribas Cardif.

Présenté par Le Cardif Lab', en partenariat avec Usbek & Rica


luke-chesser-rCOWMC8qf8A-unsplash.jpg (Version 1.0)

Miniature Uploaded by Eve Rocher, 31/03/20 14:54
Commentaires
Aucun commentaire. Soyez le premier.

ricardo-resende-ME4SriF6nGg-unsplash.jpg (Version 1.0)

Miniature Uploaded by Eve Rocher, 30/03/20 14:51
Commentaires
Aucun commentaire. Soyez le premier.

bnpp_cardif_existence_numerique_article 3.jpg (Version 1.0)

Miniature Uploaded by Eve Rocher, 30/03/20 14:50
Commentaires
Aucun commentaire. Soyez le premier.

bnpp_cardif_existence_numerique_article 2.jpg (Version 1.0)

Miniature Uploaded by Eve Rocher, 30/03/20 14:49
Commentaires
Aucun commentaire. Soyez le premier.

bnpp_cardif_existence_numerique_article.jpg (Version 1.0)

Miniature Uploaded by Eve Rocher, 30/03/20 14:49
Commentaires
Aucun commentaire. Soyez le premier.

Afin d'accompagner ses partenaires et leurs clients, BNP Paribas Cardif a mis en place une organisation adaptée autour de deux segments de marchés
 
 
Les marchés domestiques
 
Ils regroupent l'ensemble des activités de BNP Paribas Cardif en :
  • France
  • Italie
  • Luxembourg
Les marchés internationaux
 
Ils regroupent l'ensemble des activités de BNP Paribas Cardif en :
  • Amérique Latine : Argentine, Brésil, Chili, Colombie, Mexique, Pérou
  • Europe continentale (hors marchés domestiques) : Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Portugal, Royaume-Uni
  • Europe du Nord et Marchés Emergents : Danemark, Norvège, Pays-Bas, Suède,  Bulgarie, Hongrie, Pologne, République Tchèque, Roumanie
  • Asie : Chine, Corée du Sud, Japon, Taiwan, Vietnam
  • Autres pays : Algérie, Russie, Slovaquie, Turquie, Ukraine
 
Au sein de ceux-ci, BNP Paribas Cardif offre des solutions adaptées à tous types de clients : du grand réseau bancaire au courtier, proposant un conseil personnalisé ou commercialisant son offre uniquement en ligne.
En plus de proposer plusieurs canaux de distribution à ses partenaires, BNP Paribas Cardif prend également en compte la notion d'omnicanal, afin de renforcer la proximité avec les clients finaux et mieux répondre à leurs nouveaux usages.
Les partenaires commerciaux de BNP Paribas Cardif sont issus de nombreuses industries au sein desquelles la compagnie a développé une expertise spécifique : Banque et Crédit à la consommation, Grande distribution, Energie et ressources (Utilities), Télécommunications, CGPI et courtiers.
 
L'activité de ces marchés est également soutenue par des fonctions centrales.
 

 

Lire le communiqué de presse sur la contribution 2018 de BNP Paribas Cardif aux résultats annuels de BNP Paribas.

 
 

Site-Corpo-Infographie_800px-EN_VDEF.png (Version 1.0)

Miniature Uploaded by Bruna Ruas, 10/03/20 18:34
Commentaires
Aucun commentaire. Soyez le premier.

BNPCA_INFOG_PROD_V5 _EN2.png (Version 1.0)

Miniature Uploaded by Bruna Ruas, 10/03/20 18:25
Commentaires
Aucun commentaire. Soyez le premier.

Infographie résultats 2019.pdf (Version 1.0)

Miniature Uploaded by Bruna Ruas, 10/03/20 18:21
1 de 1
Commentaires
Aucun commentaire. Soyez le premier.

Site-Corpo-Infographie_800px-EN 2.png (Version 1.0)

Miniature Uploaded by Eve Rocher, 10/03/20 17:17
Commentaires
Aucun commentaire. Soyez le premier.

Nos engagements pour améliorer l’accès des femmes à la santé

09 mars 2020

 

Entreprise centrée sur l’humain, BNP Paribas Cardif s’engage pour réduire les inégalités hommes-femmes notamment dans le domaine de la santé, en s’inscrivant dans l’action du Women’s Forum

Si les femmes représentent la majorité des aidants et s’occupent, encore très largement, de la santé de leurs enfants, les inégalités de genre en matière de soins demeurent fortes. Quelques exemples ? En Inde, la majorité des femmes doit toujours demander l’autorisation de leur mari pour se rendre dans un centre de santé. Pour 100 hommes de 25 à 34 ans vivant dans la pauvreté, on dénombre 122 femmes, ce qui signifie que les femmes sont plus susceptibles de devoir lutter pour payer les soins de santé. Mais les inégalités ne se cantonnent pas aux pays en développement. De manière générale, les traitements les plus efficaces pour les femmes sont souvent inconnus car il existe moins de données sur leur santé que sur celle des hommes. Dans une étude menée au sein de pays développés1, 62% des femmes disent manquer de temps pour faire ce qu’elles savent qu’elles devraient faire pour rester en bonne santé. Autre chiffre alarmant : seulement 4% des fonds de la recherche & Développement sont consacrés à la santé des femmes ! Côté entreprenariat, aux Etats-Unis, 90% des entreprises de la Health Tech sont ainsi fondées par des hommes2.

« Les inégalités d’accès à la santé prennent des formes variées et se déclinent à plusieurs niveaux pour les femmes, précise Rosetta Laverda Desgrippes, expert santé au sein de la Direction Transformation et Développement (DTD) de BNP Paribas Cardif. Il existe des biais, notamment dans le manque structurel de recherche et de données sur les traitements appropriés. Il y a également des barrières culturelles, financières, géographiques ou encore d’éducation. Les nouvelles technologies peuvent nous aider à corriger ces biais et à lever les barrières, en permettant par exemple une expertise en temps réel et en gommant les distances ou les problèmes de temps. » BNP Paribas a ainsi décidé de participer aux « Women & Access to Health Daring Circle », un groupe de travail interprofessionnel lancé en novembre 2018 au sein du Women’s Forum3. Le but ? Contribuer à l’amélioration de l’accès des femmes à la santé, chercher à combler les écarts entre les sexes, améliorer la place des femmes dans les technologies de la santé et interpeller les dirigeants. Sa force : fédérer autour de cette cause des acteurs majeurs. Co-piloté par Sanofi et AXA, en collaboration avec BNP Paribas et Google, et en association avec l’entreprise britannique Reckitt Benckiser (fabricant et distributeur de produits d'entretien et pharmaceutiques) et Gavi (Global Alliance for Vaccines and Immunization)4, ce cercle de partenaires repose sur un vrai esprit de coopération.

Ce groupe de travail a lancé, il y a un an, un appel à initiatives pour soutenir les solutions innovantes ayant un impact tangible sur la santé des femmes tout en promouvant leur rôle. Résultat des courses ? 150 startups dans 33 pays ont concouru. En tant que membre du jury, BNP Paribas Cardif représentée par Laurence Hontarrede (Responsable RSE et Prospective) et Rosetta Laverda Desgrippes, a contribué à sélectionner les candidats, puis à primer les lauréats. Les finalistes bénéficient d’un mentoring, de financement (à hauteur de 150 000 euros), d’une visibilité accrue de la part des partenaires engagés, ainsi que la possibilité d’accéder à une suite de services Google.

Le cercle a également publié un livre blanc intitulé « Adressing health barriers through technology » qui identifie les six principaux obstacles rencontrés par les femmes pouvant être surmontés grâce à la technologie : obstacles aux soins de santé mentale, accès limité à l'information, manque de données sur la santé des femmes, obstacles physiques aux soins, manque de dossiers de santé fiables et manque de moyens financiers ou manque de temps. « Ce document contient aussi les conseils de leaders de ce secteur sur la façon dont les femmes peuvent développer des entreprises de santé performantes », expliquent Rosetta Laverda Desgrippes et Laurence Hontarrede qui ont participé au groupe de travail. Un engagement pérenne dans le monde entier.

Au-delà de cette initiative, BNP Paribas Cardif, qui est présent dans 35 pays et emploie près de 10 000 collaborateurs, s’engage de manière durable pour les femmes. Pour ses clientes, avec, par exemple, le nouveau Cardif Libertés Emprunteur (contrat d’assurance des emprunteurs) qui étend ses couvertures au diabète gestationnel et aux troubles psychiques liés à un événement comme les violences conjugales. Mais aussi pour ses salariées : « A Taïwan, le congé maternité de nos collaboratrices est passé de 8 à 14 semaines depuis janvier 2019, cite en exemple Rosetta Laverda Desgrippes. En Turquie, nous avons développé un produit d’assurance spécifique pour les femmes atteintes d’un cancer et la démarche ne s’arrête pas là. En effet, BNP Paribas Cardif en Turquie coopère avec ACEV, une ONG pour un programme d’éducation en zone rurale, nous coopérons avec l’université Mimar Sinan pour produire un documentaire sur l’empowerment féminin… Toutes ces actions s’inscrivent dans une démarche globale parfaitement cohérente. Nous sommes convaincus qu’activer tous les leviers à notre disposition contribuera efficacement à promouvoir la place des femmes »
Toutes ces actions reflètent aussi notre détermination à conjuguer performance et impact positif pour la société, tout en rendant l’assurance plus accessible.

 

> Lire le Livre Blanc "Daring Circle - Women & Access to Health

1 Référence citée dans le livre blanc : 8. Luce, C.B., Hewlett, S.A., Kennedy, J.T., & Sherbin, L.(2015). The Power of the Purse: Engaging Women Decision Makers for Healthy Outcomes. Center for Talent Innovation. https://www.talentinnovation.org/_private/assets/PopHealthcare_ExecSumm-CTI.pdf

 2 Source : Livre blanc « Adressing health barriers through technology », Women’s Forum, 2019.

3 Considéré comme l’un des 5 forums les plus influents au monde par le Financial Times, le Women’s Forum, organisation internationale fondée en 2005, a pour objectif de faire entendre la parole des femmes et leur valeur ajoutée sur les enjeux mondiaux afin de créer un impact positif sur les communautés et les sociétés

4 GAVI est un partenariat des secteurs public et privé pour accélérer les progrès des pays pauvres dans les possibilités d'accès des enfants à la vaccination (OMS, UNICEF, Banque mondiale, laboratoires fabricants de vaccins, donateurs privés comme Melinda et Bill Gates)

 

 


bnpp_cardif_femme et assurance_numbers.PNG (Version 1.0)

Miniature Uploaded by Eve Rocher, 09/03/20 12:20
Commentaires
Aucun commentaire. Soyez le premier.

bnpp_cardif_femme et assurance_chiffres.PNG (Version 1.0)

Miniature Uploaded by Eve Rocher, 09/03/20 12:20
Commentaires
Aucun commentaire. Soyez le premier.

BNP Paribas Cardif enregistre un résultat 2019 record, multiplié par 3 en dix ans

06 mars 2020

 

Contribution aux résultats 2019 du Groupe BNP Paribas

 

BNP Paribas Cardif enregistre un résultat 2019 record, multiplié par 3 en dix ans

 

·         Leader mondial des partenariats en bancassurance[i] et en assurance emprunteur[ii]

·         Un résultat net avant impôt record[iii] pour l’année 2019 : 1,7 milliard d’euros, en hausse de 16% par rapport à 2018

·         Poursuite du déploiement du plan stratégique à horizon 2020 axé sur la transformation digitale

·         500 partenaires distributeurs avec lesquels une centaine de contrats ont été signés ou renouvelés en 2019

·         Franchissement du seuil du demi-million de contrats commercialisés par Orange

 

 

Un résultat net en forte hausse

·         BNP Paribas Cardif poursuit sa croissance avec un Résultat Net Avant Impôt (RNAI) record hors éléments exceptionnels. Il s’élève à 1,7 milliard d’euros (+16% par rapport à 2018).  A périmètre et change constants, le RNAI augmente de +19,2%. BNP Paribas Cardif a multiplié par 3 son RNAI en l’espace d’une décennie[iv].

·         Le chiffre d’affaires de l’activité assurance du Groupe BNP Paribas s’élève à 29,8 milliards d’euros à fin 2019, soit une baisse de 6%[v] par rapport à 2018, année record en épargne en France. L’activité épargne atteint un chiffre d’affaires de 22,5 milliards d’euros (-9%5 par rapport à 2018), tandis que l’activité protection s’élève à 7,3 milliards d’euros (+3%5 par rapport à l’année précédente). Le développement à l’international est soutenu par l’activité menée en Amérique latine et en Asie hors Inde.

·         A fin 2019, les actifs gérés de BNP Paribas Cardif atteignent 260 milliards d’euros, en hausse de 9% par rapport à 2018.

En France, 98% des actifs détenus en direct par le fonds général ont fait l’objet d’un filtre environnemental, social et de gouvernance (ESG), un taux parmi les plus élevés du marché. Parce que la transition énergétique fait partie des priorités de sa stratégie RSE, à fin 2019, BNP Paribas Cardif compte déjà 3,7 milliards deuros dinvestissements verts. De plus, l’assureur détient 6,7 milliards d’euros investis en unités de compte considérées comme des « Investissements Socialement Responsables », en hausse de 73% par rapport à 2018. BNP Paribas Cardif s’engage également à financer l’économie réelle en soutenant les entreprises dans des domaines et structures variés : des grandes entreprises aux start-up en passant par les entreprises de l’économie sociale et solidaire. Autant d’investissements responsables qui ont un effet d’entraînement sur la croissance économique, la promotion de l’innovation, le développement des nouvelles technologies et la création d’emplois.

 

Les marchés domestiques de BNP Paribas Cardif (France, Italie et Luxembourg) affichent un chiffre d’affaires de 19,7 milliards d’euros en 2019 (-10%5 par rapport à 2018), après une année exceptionnelle observée en 2018.

Sur les marchés internationaux (Asie, Amérique latine et Europe hors marchés domestiques), l’assureur enregistre un chiffre d’affaires global de 10,1 milliards d’euros, en hausse de 1,5%5 par rapport à 2018 :

·         L’Asie comptabilise un chiffre d’affaires de 4,9 milliards d’euros en 2019, montant stable par rapport à l’exercice précédent. En protection, l’Asie réalise un chiffre d’affaires de 0,9 milliard d’euros, en hausse de 3%5 hors Inde par rapport à fin 2018 grâce à son activité au Japon. En épargne, l’Asie affiche une collecte de 4 milliards d’euros, soit une augmentation de +17%5 hors effet périmètre dû à la déconsolidation de l’Inde[vi] : ainsi, Taïwan atteint 3 milliards d’euros de collecte en hausse de +13%5 par rapport à fin 2018.

·         L’Amérique latine continue sa croissance en protection avec un chiffre d’affaires qui atteint 1,7 milliard d’euros (+5%5 par rapport à 2018). Cette hausse s’observe notamment au Brésil (+10%5 par rapport à 2018), en Colombie (+20%5 vs 2018) grâce au développement de l’assurance emprunteur, ainsi qu’au Mexique (+27%5 vs 2018) et au Pérou (+44%5 vs 2018).

·         Les pays d’Europe (hors marchés domestiques) et les marchés émergents enregistrent une hausse de 5%5 par rapport à 2018 avec un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros.

 

Près d’une centaine de partenariats signés ou renouvelés en 2019 

Expert reconnu et leader des partenariats en bancassurance1, BNP Paribas Cardif assure la distribution de ses produits grâce à 500 partenaires opérant dans des secteurs variés et dans le monde entier. Présent dans 34 pays, l’assureur réalise plus de la moitié de son chiffre d’affaires (58%) à l’international.

En 2019, BNP Paribas Cardif a réalisé près de la moitié de son chiffre d’affaires (48%, soit 14,3 milliards d’euros) en collaborant avec des partenaires hors du Groupe BNP Paribas. Le chiffre d’affaires Protection (7,3 milliards d’euros) est réalisé à hauteur de 70% (soit 5,1 milliards d’euros) avec ces partenaires externes.  Parmi eux se trouvent des banques, des institutions financières, mais également de grands noms de l’automobile, de la grande distribution, des télécommunications ou encore des conseillers en gestion de patrimoine et des courtiers.

Fort de son expérience, l’assureur a signé ou renouvelé près d’une centaine de partenariats sur l’année. Il a ainsi saisi de nouvelles opportunités de développement dans les trois grandes zones géographiques où il a assis son savoir-faire : l’Asie, l’Amérique latine et l’Europe. Ces nouveaux partenariats, porteurs de croissance, incluent plusieurs accords de long terme :

·         France : l’année a été marquée par le succès de l’offre commercialisée par Orange. Dès juillet 2018, BNP Paribas Cardif et Orange signaient un partenariat majeur en France pour assurer les appareils mobiles contre les risques de casse et de vol. En l’espace d’un an et demi seulement, plus de 600 000 clients d’Orange ont déjà souscrit à l’offre Assurances 24h Orange pour protéger leur smartphone ou leur tablette. Ce partenariat majeur s’inscrit dans le plan stratégique de BNP Paribas Cardif France qui diversifie son activité. Après plusieurs partenariats dans la grande distribution ou dans les ventes d’appareils électroniques, cette collaboration, avec l’un des plus grands opérateurs téléphoniques au monde, donne une nouvelle dimension à l’activité affinitaire grâce à une offre bâtie sur l’expertise et la digitalisation. L’année 2019 signe aussi la poursuite du développement de l’offre en assurance dommages dans le réseau des agences bancaires BNP Paribas. En effet, Cardif IARD, coentreprise détenue par BNP Paribas Cardif et Matmut, a enregistré en 2019 une croissance de ses primes brutes acquises de 10% par rapport à 2018.

·         Europe : BNP Paribas Cardif a apporté son savoir-faire en analytics à Sainsbury’s Bank, la filiale du leader de la grande distribution au Royaume-Uni. Grâce notamment à son expertise en tarification dynamique, l’assureur a remporté cet appel d’offre et a lancé une assurance digitale qui vise à protéger les animaux domestiques des clients de la banque.

·         Amérique latine : BNP Paribas Cardif a signé une alliance stratégique, d’une durée de 15 ans, avec Scotiabank, banque internationale du Canada et leader des services financiers en Amérique. L’assureur sera en mesure de protéger 9 millions de clients en Amérique latine. Ses solutions de prévoyance et d’assurance seront développées pour les clients de Scotiabank au Chili, en Colombie, au Mexique et au Pérou.

·         Asie : BNP Paribas Cardif a renouvelé des accords de long terme avec les banques taïwanaises Hua Nan Bank et Yuanta Bank et poursuit ainsi l’extension de son réseau de bancassurance en Asie. En Corée, BNP Paribas Cardif a également développé une offre en extension de garantie pour les véhicules de la marque KIA en collaboration avec Hyundai Fire & Marine, la compagnie d’assurance dommages du groupe Hyundai.

 

BNP Paribas Cardif, un leader de la gestion de patrimoine en France 

Leader en gestion de patrimoine en France, BNP Paribas Cardif est le 3è assureur vie en France[vii] et opère par l’intermédiaire d’un fonds général dont l’encours s’élève à 123 milliards d’euros à fin 2019. La compagnie gère notamment 10 milliards d’euros d’actifs par l’intermédiaire de son activité dédiée aux conseillers en gestion de patrimoine et 13 milliards d’euros via AEP, la marque commerciale de BNP Paribas Cardif qui conçoit et commercialise des produits d’épargne pour la clientèle haut de gamme des banques privées, des sociétés de gestion et des plateformes de courtage.

En France, BNP Paribas Cardif enregistre un chiffre d’affaires de 12,6 milliards d’euros. Son chiffre d’affaires épargne s’élève à 11 milliards d’euros (-15% par rapport à 2018), suite à une année 2018 exceptionnelle qui avait connu une augmentation de 15% par rapport à 2017. Dans un environnement marqué par les taux bas, voire négatifs, BNP Paribas Cardif a choisi d’accompagner ses clients sur le long terme en leur donnant accès à des produits adaptés à leurs profils et situations. Ainsi, au-delà du fonds en euros, l’assureur développe des solutions d’investissements alternatives et entreprend d’enrichir son offre pour que chaque épargnant bénéficie d’un produit et d’un support correspondant à ses besoins et à ses objectifs. L’assureur propose aux clients avertis qui veulent donner du sens à leur épargne plus de 70 unités de compte labellisées Investissement Socialement Responsable ainsi que des offres de Private Equity. En 2019, la collecte des contrats en unités de compte a représenté 34% de la collecte brute (30% en 2018).

Fin 2019, BNP Paribas Cardif a également innové en signant un partenariat avec Birdee, filiale de Gambit Financial Solutions, qui a lancé sa première offre d’assurance-vie en France, destinée aux particuliers qui souhaitent diversifier leur épargne en ligne. « Birdee Vie » est une offre d’assurance-vie en ligne qui s’appuie sur le robo advisor de Gambit Financial Solutions. La digitalisation de cette nouvelle offre d’épargne permet d’offrir un conseil d’allocation de qualité dès 1 000 euros de versement initial.  

Par ailleurs, BNP Paribas Cardif a su saisir les nouvelles opportunités que dessine la loi PACTE : fort de ses réseaux de distribution en France (Banque de Détail en France de BNP Paribas, BNP Paribas Banque Privée France, partenaires CGP et Courtiers…), l’assureur a fait évoluer son offre pour répondre aux besoins de ses clients et s’est mobilisé, avec ses partenaires distributeurs, pour proposer des PER (Plan d’Epargne Retraite) accessibles dans ses différents canaux de distribution en France dès 30€[viii]. Son offre à destination des CGP propose plus de 900 supports financiers, l’une des offres les plus diversifiées du marché à fin 2019. BNP Paribas Cardif confirme ainsi sa position d’acteur majeur et historique de l’épargne retraite qui intervient sur le marché de la retraite individuelle, de la retraite collective et de l’épargne salariale[ix].

Le chiffre d’affaires protection[x] de BNP Paribas Cardif en France atteint 1,6 milliard d’euros, soit +3% par rapport à 2018. Cette progression est portée notamment par sa croissance en assurance emprunteur dont il est leader mondial2. La compagnie a notamment lancé une nouvelle offre : Cardif Libertés Emprunteur. Il y a 10 ans, BNP Paribas Cardif a été l’un des premiers assureurs en France à faciliter les conditions d’accès à l’assurance emprunteur des personnes atteintes de certaines pathologies telles que l’asthme, la paraplégie ou les maladies coronariennes. Cardif Libertés Emprunteurs propose désormais une couverture et une tarification adaptées à 4 pathologies supplémentaires[xi] afin de rendre l’assurance plus accessible. Pour faciliter les démarches des clients, BNP Paribas Cardif a introduit le Passeport Cardif Libertés Emprunteur, une première en France. Celui-ci permet d’anticiper les démarches d’assurance avant la recherche du bien immobilier ou l’obtention du crédit, avec une proposition d’assurance qui reste valable 12 mois. Par ailleurs, le parcours de souscription entièrement digitalisé vise à apporter une décision immédiate en ligne à 9 clients sur 10. Le succès commercial est au rendez-vous puisque sur l’année 2019, le nombre de contrats de Cardif Libertés Emprunteur souscrits a augmenté de 58%.

 >>Retrouver l'infographie des chiffres clés 2019 de BNP Paribas Cardif ici.

>> Télécharger le communiqué de presse sur la contribution 2019 de BNP Paribas Cardif aux résultats annuels de BNP Paribas. 


[i] Finaccord 2018

[ii] Source : Finaccord

[iii] Hors éléments exceptionnels

[iv] RNAI 2009 : 546 millions d’euros

[v] A taux de change constants

[vi] Effet périmètre due à la déconsolidation de SBI Life

[vii] L’Argus de l’assurance, juin 2019

[viii] BNP Paribas Multiplacements PER (commercialisé dans le réseau des agences bancaires BNP Paribas) et BNP Paribas Multiplacements Privilège PER (destiné à la clientèle de BNP Paribas Banque Privée France) sont accessibles dès 30 euros. Cardif Essentiel Retraite (distribué par les CGP et courtiers) est accessible à partir de 1 500 euros.

[ix] Par l’intermédiaire de sa coentreprise BNP Paribas Epargne & Retraite Entreprises

[x] L’activité protection regroupe l’assurance emprunteur, la prévoyance individuelle, l’assurance dommages ainsi que l’extension de garantie automobile

[xi] La maladie de Parkinson, l’obésité, le diabète gestationnel, les troubles du psychisme liés à un événement de vie (agressions, séparation ou divorce, violences conjugales, attentat…)


Citation Renaud-EN.PNG (Version 1.0)

Miniature Uploaded by Bruna Ruas, 06/03/20 11:36
Commentaires
Aucun commentaire. Soyez le premier.

Citation Renaud-FR.PNG (Version 1.0)

Miniature Uploaded by Bruna Ruas, 06/03/20 11:35
Commentaires
Aucun commentaire. Soyez le premier.