Les temps forts du Symposium BNP Paribas Cardif 2019 - news - Corporate
Saut au contenu

Les temps forts du Symposium BNP Paribas Cardif 2019

15 janvier 2020

 

La 11ème édition du Symposium de BNP Paribas Cardif, a eu lieu en décembre dernier à Amsterdam, aux Pays-Bas. Cet événement qui réunit les principaux partenaires distributeurs de BNP Paribas Cardif à l’échelle internationale avait pour thématique : se confronter à des environnements hyper digitalisés…

 

Plus de 200 participants, venant de 28 pays, ont assisté à des keynotes portés par des conférenciers de renom. L’occasion de partager les risques et opportunités - pour la planète, l’entreprise, la cité ou encore sur les individus – d’une digitalisation poussée à son paroxysme, et aussi de prendre un temps d’avance face aux enjeux de cette hyper digitalisation pour le métier de l’assurance.  « La digitalisation contribue largement à polluer notre planète, mais aussi nos esprits, a rappelé en introduction de l’événement Renaud Dumora, directeur général de BNP Paribas Cardif. La clé consiste à trouver un bon équilibre entre la digitalisation, qui est source d’opportunités et de nouveaux services, et les interactions humaines qui demeurent primordiales. »

 

1.      Hyper-digitalisation et business

 

Catherine Wood, fondatrice et CEO de ARK Investment Management LLC (USA), a insisté sur les 5 sources majeures d’innovation : la blockchain, la robotique, le stockage de l’énergie, l’intelligence artificielle et le séquençage du génome. Selon elle, « nous assistons aujourd’hui avec l’hyper digitalisation à des transformations semblables à celles vécues lors de la découverte de l’électricité ou du téléphone. ».

« Nous ne sommes pas inquiets par la perte de jobs, a-t-elle précisé. L’histoire de la technologie, c’est la création de jobs. ». Sa conclusion est claire : « Tout dirigeant qui ne s’empare pas de la Data et de l’intelligence artificielle pour mener son business sera responsable de son échec. Si les entreprises ne s’adaptent pas, elles vont perdre leur marché. Soyez prêts ! »

 

2.      Hyper-digitalisation et économie



Pour Christopher Pissarides, professeur à la London School of Economics et prix Nobel d’Economie en 2010, « l’hyper digitalisation va bouleverser notre manière de vivre et de travailler ». L’enjeu ? Rendre cette révolution, la plus inclusive possible pour améliorer la qualité de vie de tous et en faire bénéficier le plus grand nombre. Tout comme certains emplois bénéficient des nouvelles technologies, tandis que d'autres deviennent obsolètes, de même, certaines compétences deviennent plus précieuses, alors que d'autres sont substituables. Ainsi deux mouvements se développent en parallèle. D’un côté, l’agglomération des activités, comme dans la Silicon Valley, où les tâches doivent être réalisées par un personnel qualifié. Les entreprises préfèrent s’implanter là où elles disposent de ressources et de compétences variées pour être plus performantes. De l’autre, l’e-commerce qui permet à des plateformes de vendre de n’importe quel lieu partout dans le monde.  

 

3.      Hyper-digitalisation et urbanisation 

Arjan Van Timmeren, professeur de technologie et de design environnemental à l’université d’architecture de Delft aux Pays-Bas a souligné l’accélération des changements dans des domaines très variés : l’énergie, l’eau, les comportements, le développement durable… La digitalisation apporte des solutions, souvent plus durables et efficaces, pour réussir ces changements, même les plus soudains. Son conseil ? « Adopter les nouvelles technologies avec prudence en tenant compte, notamment, du respect de la vie privée. ».

 

4.      Hyper-digitalisation et individus

Ayesha Khanna, co-fondatrice et CEO de ADDO AI (Singapour), a démontré, exemples à l’appui, comment l’hyper digitalisation change déjà nos vies, notamment dans des villes comme Singapour. « La question n’est pas de savoir si les nouvelles technologies fonctionnent ou pas, mais quelles sont leurs conséquences et comment bien les utiliser. Pour prendre de bonnes décisions, il faut rester centrer sur l’humain. Nous devrions tous connaître les bases de l’intelligence artificielle pour en maîtriser les enjeux. La principale menace n’est pas la technologie en elle-même, mais comment on s’en sert. Tout est donc question de gouvernance. ».

 

L’ensemble des intervenants s’accordent à dire que nous sommes aujourd'hui à un carrefour. Nos décisions et actions collectives nous orientent vers un avenir que nous avons le pouvoir de façonner. Cette hyper-digitalisation implique de nouveaux défis mais aussi de grandes opportunités pour la société, les entreprises et les hommes. Elle permet en effet de répondre plus rapidement et plus précisément aux attentes des citoyens, collaborateurs et consommateurs à condition de traiter les risques inhérents avec prudence et préserver en toute circonstance la dignité de l’homme et le devenir de notre planète.